piétonnier

Leve de circulatie, adieu voetgangerszone? by Kwinten Lambrecht

Voor vele sporadische bezoekers van Brussel centrum is het misschien nog niet helemaal duidelijk maar de ‘nieuwe’ voetgangerszone wordt onder de voet gereden door auto’s die fout parkeren en de zone zelfs als transit gaan gebruiken. De Piétonnier is één grote kaas met gaten geworden. 

Het is opmerkelijk dat er bij de start van de voetgangerszone (eind juni) dagelijks vele politiecontroles waren in en rond het Beursplein. Na Winterpret verdwenen ze, vervangen door auto’s die ook na 11u (deadline voor leveringen) de voetgangerszone doorkruisen.

De Ortsstraat - hier kunnen auto's makkelijk door.

De Ortsstraat - hier kunnen auto's makkelijk door.

De Stad Brussel helpt niet. Het verwijderen van de bloembakken aan de Ortsstraat zette de deur open voor de autodruk vanuit de Dansaertstraat.  Daarnaast is het vanuit het Sint-Goriksplein een koud kunstje om tegen de richting in naar de Beurs te rijden én als je een beetje handig bent zelfs naar de Arteveldestraat. De Zuidstraat en alle zijstraten zijn géén voetgangerszone. Hier wordt geparkeerd en vanuit dit niemandsland rijden de auto's dan ook richting Beurs. Dit is ook het geval voor de Plattesteen, waar heel wat voertuigen rondzwerven die er in se niets te zoeken hebben. Hieronder enkele sfeerbeelden:

Overcompensatie

Over de Maurice Lemonnierlaan werd aangekondigd dat ze terug in twee richtingen wordt getransformeerd, zodat er nu vanuit het Zuiden van de stad ook druk op de zone zal gezet worden. En, wat wordt er geschrapt: het fietspad of de busstrook? Eén ding is zeker: de zachte mobiliteit zal alweer verliezen.

Ondertussen verdween er een goede fietsverbinding naar de benedenstad in de Bisschopsstraat en werden er fietspaden weggehaald op de Adolphe Maxlaan richting Rogier – hier werd dwarsparkeren ingevoerd! Ook op de Wolvengracht is het ploeteren voor fietsers, tussen twee rijvakken. En de Asstraat? Ook daar werd het fietspad geschrapt in het voordeel van de auto.

Situatie op de Adolph Maxlaan - levensgevaarlijk. Foto via www.velodossier.be

Situatie op de Adolph Maxlaan - levensgevaarlijk. Foto via www.velodossier.be

Overcompensatie voor de handel in het nadeel van het algemeen belang is momenteel dé trend. Laat ons eerlijk zijn, het voorbeeld van de Adolph Max is frappant. De laan ligt op 40 meter van de drukbezochtste winkelstraat van België. Hoe kan het dat net zij minder klanten hebben, terwijl de overvloedige parkings in de buurt halfleeg zijn en de klant wel de Nieuwstraat kan vinden? Aan wie ligt het dan? Kreunt de Nieuwstraat onder de Piétonnier?

Masterplan

Afsluiten moeten we met een positieve noot. We zijn er eind juni 2015 op vooruit gegaan in Brussel. Er werd potentieel een enorme stap vooruit gezet inzake levenskwaliteit van de Brusselaar. Spijtig dat dezelfde Brusselaar nu moet vaststellen dat we al snel weer achteruit gaan. 

De ingrediënten voor een ‘goede’ voetgangerszone zijn redelijk eenvoudig:

  • voldoende visuele aanduiding door correcte en zichtbare verkeersborden 
  • obstakels met bloembakken of nadarhekken
  • duidelijke communicatie naar de bevolking toe 
  • zichtbare en doeltreffende politie die dit thema echt wel ten harte neemt en deze zone kan vrijwaren en afdwingen.

Een Masterplan voor Brussel dringt zich (alweer?) op. De Stad moet rekening houden met elke Brusselaar (ongeacht het vervoersmiddel) maar mag de finaliteit van haar mobiliteitsplan niet vergeten. Brussel is nog altijd bereikbaar genoeg met de auto. Diezelfde auto gebruikt Brussel genoeg als speelterrein. Nu is het tijd dat de Brusselaar op handen en/of voeten ook van die openbare ruimte kan genieten!

Les 6 mythes sur le piétonnier démystifiés by Kwinten Lambrecht

Le « piétonnier » sera sans nul doute le mot bruxellois de l'année 2015, et probablement aussi celui de 2016 et 2017. Pas de « tax shift » ou de « logiciel de triche » pour nous. Non, parlons plutôt du « Piétonnier » ! La décision a finalement été prise en juin de cette année : une partie de la ville serait enfin rendue à la population. Cette lueur d'espoir dans le nuage de particules fines bruxellois fut rapidement assombrie par du bourrage de crâne et, par-dessus tout, des rumeurs alarmistes. Même de la part de membres de la coalition comme Marion Lemesre, qui plaidait récemment, tant qu'on était quand même occupé, de rouvrir à la circulation la Rue du Midi et l'esplanade à la Gare Centrale. If there's a God, please, give us bright and visionary politicians...

Retour sur les rumeurs alarmistes à propos du Piétonnier. Au cours des derniers mois et dernières semaines, j'ai bien tendu l'oreille et je suis parvenu à une (première) collecte de mythes. Je les ai résumés pour vous ci-dessous.

Cet argument est avancé par de nombreux critiqueurs du Piétonnier pour démontrer l'inutilité de « la chose ». Que faire de tout cet espace public maintenant ? Le recouvrir, ou le supprimer et en faire un grand parking ? La pluie fait partie de ce pays, mais cela signifie-t-il que toutes les places doivent y croire ? Pas question ! La pluie sonne mieux sur les arbres que sur la peinture des voitures.

pietonnier1.jpg

Sérieusement ? Le centre de Bruxelles regorge de parkings, souterrains et en surface. En outre, nos politiciens ont même veillé à ce que l'on puisse se garer gratuitement partout à partir de 18h ; ce qui rend le stationnement dans un garage souterrain totalement inutile ! Soyons un peu sérieux : le stationnement ne pose aucun problème pour les amateurs de voiture : autour de la Monnaie, il y a deux parkings, à De Brouckère, vous avez deux parkings, vous en trouvez sur le boulevard Anspach, à Rogier, Arts-Loi, à la Gare du Midi... et ainsi de suite ! Vous pouvez même vous stationner jusqu'au début du Piétonnier, et si vous êtes suffisamment discret, vous pouvez même stationner votre voiture au café OR dans la rue Orts. 

Plusieurs études indiquent que les cyclistes et les piétons dépensent plus d'argent par tête que les automobilistes, par exemple. Les coûts sont calculés sur la consommation de carburant, le parking, le temps perdu dans les embouteillages, etc. En outre, les cyclistes et les piétons sont moins liés par le temps. Donc, chers commerçants, réfléchissez un peu : est-ce que ces 30 à maximum 40 places de parking supplémentaires devant votre porte font une grande différence ? Je ne pense pas. Une bonne communication, en revanche, oui. 
Beaucoup dépend aussi de la politique : les gens doivent être « poussés » dans une direction donnée - à savoir la direction de la mobilité douce.

Non, les Bruxellois sont sales. Et ils aiment particulièrement le montrer dans les espaces publics. Si vous habitez à Bruxelles, vous connaissez la maladie du déversement illégal d'ordures de cette ville. Des déchets sont déversés à tout moment et en tous lieux, et il en va de même sur le Piétonnier. Mais il y a du changement en vue : Bruxelles-ville a fait de son mieux pour installer davantage de sacs poubelles et nous avons même des « poubelles intelligentes » ! 

Pour bon nombre de personnes, le Piétonnier n'est qu'une rue fermée. Pour d'autres, c'est un début ; pour les politiciens visionnaires, c'est le moment de créer une nouvelle structure urbaine, avec l'être humain comme point central. De très nombreuses villes ont oublié que la forme la plus efficace pour se déplacer existe depuis la nuit des temps : marcher, courir, ramper, flâner. Concevez vos villes en fonction de cette propriété et vous obtiendrez une toute nouvelle dynamique.

En outre, le Piétonnier est un lieu de rencontre, une agora indispensable dans une ville rapide où tout le monde vit ensemble mais ne se regarde plus. C'est un lieu pour le sport et le jeu, pour le débat, pour un rendez-vous...

Le piétonnier a aussi quelques effets secondaires très importants : la qualité de l’air s'est, par exemple, beaucoup améliorée sur le boulevard Anspach, et on y entend à nouveau les oiseaux gazouiller...

J'entends souvent ce reproche. Comparez cela à la construction d'une maison après la première semaine : « j'aimerais bien une nouvelle maison, mais pas dans ce trou ! » Cela ne se dit pas non plus, n'est-ce pas ? Non, c'est le produit final qui importe !